Jo and Mailhot on the go!
On a pris 6 mois de vacances pour aller se taper un trip en Asie du sud-est. Notre plan officieux est de parcourir: Népal (Himalaya), Birmanie (Myanmar), Phillipines et Indonésie. Backpack au dos, Lonely à la main et Purell en réserve, cet itinéraire est sujet à changement, comme nous d'ailleurs... Venez nous visiter souvent! P.S. En date du 14 Fevrier, le nouvel An chinois a Beijing fait son apparition sur notre itineraire, ainsi que l'Inde du Sud. Et exit les Philippines!


Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Archives
Mes amis
Album photos

Mes albums

Où suis-je actuellement ?



Rubriques


Sites favoris


Newsletter

Saisissez votre adresse email

Souvenirs de Bali

 

Eh bien c est la fin qui approche, et on savoure nos dernieres gouttes de voyage. Avec la Thailande qui n est pas trop recommandable ces temps-ci (meme pour les Indiana Jones que nous sommes!), on va terminer notre sejour asiatique a Tokyo. Ca nous permettra d en finir avec l argent qu on n a plus dans nos poches a ce moment du voyage (re lune de miel a Bali et shopping a Bali).

 

Agence Made Photo Inc.Et c est maintenant qu on vend la meche : on s est faits enroler par une agence publicitaire de Bali pour un shooting qui servira a faire la promo d un hotel sur Gili Air (petite ile paradisiaque isolee). Elle nous envoie ici la photo qui a ete retenue pour le pamphlet promotionnel. C est un poisson d avril tardif.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Famille Balinaise qui s eclabousseLorsqu on est alles se baigner dans ces thermes d eau chaude fabuleuses, on a rencontre cette petite famille qui profitait des eclaboussures sulfureuses tout droit sorties des bouches de dragons en pierre. M-A en a profite pour faire sa propre seance de shooting, qu on leur enverra des notre retour!

 

 

 

 

 

 

 

 

Gunung Batur : une surprise derriere la brumeUn bon matin, un guide trop cher paye est venu cogner a notre porte a 4h du matin pour nous amener faire l ascencion du Volcan Gunung Batur pour le lever du soleil. Si il y avait une legende qui accompagnait cette photo, vous pourriez lire : "Lever de soleil sur le volcan Gunung Batur" (on ne voit pas tres bien que la photo est mauvaise, mais derriere nous dans la brume, on ne pouvait pas deviner les crateres). Marc-Andre s est improvise le bouffon du groupe, ce qui nous a permis de passer tout de meme un excellent moment...

 

 

 

Malgre la sueur excessive, il peut apprecier un bon Nasi Campur!Marc-Andre adore manger du Nasi Campur (riz et bouettes preparees chaque matins dans une petite cantine pas chere appelee Warung, puis servi temperature piece - ou exterieure - pour le reste de la journee). Ce repas-la etait particulierement bon, le tout pour 1 $.

 

 

 

 

 

 

 

 

Et tout ca s est termine a prendre des photos avec les cuistos dans la cuisine!Sur les recommandations un peu plus sophistiquees de Caro Mailhot, on est alles s exciter les papilles au restaurant de l hotel de luxe Bali Niksoma. Au menu, poisson debile, petite brise rafraichissante de l ocean et chandelles. Miam! Merci pour l adresse!

 

 

 

 

 

 

La biere est chere mais la vue vaut la chandelleEt pour les bars et la vie d expats branches, eh bien il y a le choix a Seminyak, ville choisie pour nos derniers miles a Bali. Avant d aller se ridiculiser sur une piste de danse style boum boum, on a patiente avec une biere, un sofa  king exterieur, un decor lounge sublime (digne des films Hollywoodiens) et une vue sur les vagues eclairees dans la nuit...

 

 

 

 

Sans commentaire...Un chien de ruelle qui a comme des cuisses de poulet. Ah ha! Solo n a plus l exclusivite!

 

Bon, alors sur cette note douteuse, on vous laisse. On va profiter de la plage avant de partir... A bientot!

 

Josianne et Marc-Andre

 



Lien

Publié à 02:01, le 23/04/2010, Seminyak
Mots clefs : warunglune de mielVolcanthermesbarrestaurantchien

Lune de miel et culs de vache

Salut l Amerique!

 

Eh bien ce sera bref, mais on avait deux photos qu on voulait vraiment partager avec vous...

 

Photo numero 1 : Le couple en lune de miel pose devant la piscine de leur hotel somptueux a Amed, petit village de pecheurs, mais touristique, sur la cote est de Bali. Comme vous le remarquez, et comme nous voulions que vous remarquiez, on a eu le luxe d une piscine "Infinity". Ne vous inquietez pas, on ne va pas se faire emporter par un courant de fond, mais on en a quand meme l impression... Ca fait rever.  Et ca donne des idees "nasty" a Josianne. Point fort de notre sejour (a part: "lire plus haut"), un superbe souper aux chandelles a un resto chic-minimaliste a flanc de falaise donnant sur la baie. Ben on se l ai paye a deux reprises (la deuxieme fois moins arrosee, du a la petite nature de Josie), sapristi !

 

On fait nos stars sur notre piscine de luxe.

 

Photo numero 2 : Des culs de vache (ca c est le cote "nasty" de M-A). Journee de luxe a se faire trimbaler a la clim pour se rendre a Lovina, sur la cote nord de l ile. Les vaches du vehicule voisin se plaignaient de LEUR forfait-vacances: "Sur la photo, c etait beaucoup plus spacieux ! ".

 

Elles ont gagne notre concours one-on-one de grimaces...

 

Clue 1 : Remarquez le theme dominant du luxe...

Clue 2 : On personnifie de plus en plus d animaux, tous etrangement sous la voix et personnalite de Zaz... 

 

Mailhot et Jo xx

 



Lien

Publié à 05:56, le 16/04/2010, Lovina Beach
Mots clefs : culslune de mielvachespiscine

Bali : presque le paradis!

Eh bien ca fait un bail qu on n a pas donne de nos nouvelles sur notre blog... Et c est parce qu on est trop occupes a savourer notre lune de miel indonesienne!

 

Resume de notre evolution personnelle depuis le debut du voyage... On est plus relax, plus contemplatifs. Habituellement, quand on arrive dans un nouveau pays, on lit assez rapidement notre guide de voyage pour savoir ce qu il y a a faire, quel itineraire on prendra, comment est la bouffe, quelles sont les phrases courantes dans la langue locale, etc. La, pour Bali, ca fait 10 jours qu on est arrives et on sait presque dire bonjour correctement. Bref, on s est mis au rythme "carpe diem", avec les avantages que ca apporte, mais egalement l ignorance...

 

Autre changement visible chez nous : notre linge est fatigue d etre porte 1 jour sur 2. Les chandails commencent a montrer de petits trous et sont desormais trop amples (Josianne doit porter un chandail a l envers car autrement les balinais peuvent apprecier sa brassiere). Les boxers de Marc-Andre sont desormais delaves et slaques comme une couche - tres chic pour une lune de miel!

 

Et on aime Bali! A l exception de Kuta, premiere ville touristique, ou une ambiance de "Spring Break" regne, ou se mele deux communautes: les jeunes en bedaine qui rotte leur biere sur la rue comme si c etait leur premiere brosse et les vieux anciens rockeurs qui stagnent au bar avec leurs tattoos delaves et leur peau rotie. Mais 2 jours de plage dans cette foire nous ont permis de faire grossierement notre plan de voyage et s etancher d eau de mer.

Josie qui admire les rizieres du confort d un cafe organique...

 

Bali est tres petit, mais il y a plusieurs endroits merveilleux a visiter, et ca en parcourant de tres petites distances. Les petites villes sont charmantes et ont toutes leur propre saveur. Il y a des plages de sable noir avec de bonnes vagues pour le surf, des plages de sable blanc et d eau turquoise pour la farniente et des recifs coraliens pour la plongee. Partout, le poisson et les fruits de mer abondent. On pense aussi escalader un des volcans de l ile et apprecier le lever du soleil au sommet.

 

M-A porte avec elegance le bonnet requis pour la ceremonieLes gens sont tres chaleureux ici, mais si on n a pas encore ete eblouis par leur sourire legendaire. A Singapadu, petit village perdu dans les rizieres, on a retrouve des amis d Etienne, Helene, Nao et Caro. Cette famille de musiciens et de danseurs nous a invite a un mariage qui se passait dans le quartier, alors on s est retrouves vetus en grand apparat balinais, suants et souriants dans la cour interieure du marie, a manger un festin de rois! Pas de danse (franchement moins reussi qu au Lac-Aux-Castors), mais une journee neanmoins memorable!

 

 

Jo se purifie (pour la nuit de noces) a la fontaine de jouvenceLa religion est tellement presente ici, c est marquant. Chaque maison a son propre petit temple exterieur. On voit tous les jours des gens faire de petites offrandes pour les dieux et les esprits. Chaque fois qu on se deplace sur la route, on est arretes au moins une fois pour une procession religieuse. Nous avons visite un temple qui abritait des sources d eau magiques (ben, c est ca qui est ecrit dans notre guide de voyage) et on s y est baignes. Apres, des pelerins nous ont donne de l encens a allumer pour eloigner les mauvais esprits. C etait tres special. Et le retour a l hotel en moto a aussi ete tres special car il mouillait des cornes. On a eu en une semaine a Bali toute la pluie qui avait etee absente le reste du voyage... Maintenant qu on est aux iles Gili (trois petites iles exotiques isolees dans l ocean Indien), c est le beau temps. Et on aime ca.

 

Aux iles Gili, on s est offert (entre autres grace a Etienne, Helene et Nao) un cours de plongee avance. Au programme : 2 jours de plongee intensive avec poissons et tortues geantes! Nos moments les plus intenses auront ete la plongee profonde et celle de nuit! Superbe.

Gili Air, c est la notre petit coin de paradis, desert de moteur et presque de monde...

Alors on ne sait pas si on va reecrire avant notre retour (profiter du paradis, c est tres prenant vous savez).

 

Josianne et Marc-Andre

 

P.S. M-A a eu un dur moment pour s ajuster au luxe d une lune de miel, selon les requetes de Jo. Mais ca passe, et il commence a apprecier la clim, les matelats sans odeur de moisi et defequer en admirant de la ceramique...



Lien

Publié à 02:06, le 7/04/2010, Gili Air
Mots clefs : RizièreMariagereligionplongeetemples

Josy's thirties!

J ai les bleus...Quand je me suis reveillee le 16 mars au matin, j avais les bleus... J etais en pleine forme, mais j etais triste de laisser ma vingtaine derriere moi. 30 ans! J avais peut-etre seulement 1 jour de plus que la veille, mais les larmes me montaient aux yeux lorsque Marc-Andre me faisait des blagues comme quoi j etais vieille maintenant. Cet etat melancolique a vite passe avec un petit dej sur la terrasse de notre Guest House a Hampi, avec vue sur un vieux temple indien. Comme Hampi est un site religieux tres important, l alcool y est bannis. Alors pas possible d arroser ca comme il se doit! Alors on s est dit : ce sera des festivites sur une semaine, avec une fin en grand a Singapour!

 

Une des nombreuses seances photos ou les indiens veulent se faire photographier avec les touristes que nous sommes. On traverse la riviere dans un panier en bambou, et l indien a casquette en profite pour faire traverser sa moto!A Hampi, on a passe la journee avec Julie et Vincent, 2 Quebecois qu on avait rencontre la veille. C etait vraiment l fun d etre avec eux, parce qu on pouvait parler en bon quebecois, qu ils etait tres sympas et qu on partageait plein d opinions, d aspirations, de gouts, etc... Le theme de la journee : on fait ce qui me tente! No 1 : Ballade dans la jungle pour trouver le resto Waterfalls, situe pres de (roulement de tambour) chutes d eau. Apres 30 minutes de marche a se splasher de la bouette jusqu aux cuisses, on abandonne! On remet nos sandales dans nos pieds sales et on se dirige vers No 2 : les ruines de Hampi. On se ballade parmi les ruines, il fait beau, c est super. No 3 : il y a une fete indoue dans un petit village pres de Hampi. On s y rend en traversier de bambou et on mange un repas de fete! Bon, pas d alcool... Mais c est un vrai regal! Le soir, on quitte Hampi en train de nuit...

 

Le criquette... Nous voila!A notre arrivee a Bangalore, c est la que le festival de ma fete se gate un peu... En tentant de trouver une  chambre d hotel moins chere, on s est retrouves sans s en rendre compte dans un vrai shithole, paradis des rats et des bed bugs! Bon, le rat ca va... Mais quand on a vu les puces de lit qui s excitaient sur notre oreiller, on a plie bagages et on a change de chambre sur le champ. Il etait passe minuit. A Bangalore, les indiens qu on trouvait si mignons et chaleureux pendant notre voyage se sont transformes en vraies rapaces, tentant par tout moyen de profiter des touristes. Il faut dire qu on commence a etre fatigues de notre voyage en Inde, et qu on est moins patients. Question de completer notre experience Indienne, on se laisse emporter par la fievre du criquet (une vraie epidemie ici) et on va voir un match au stade! Pump up girls, foule en delire (peu importe quelle est l equipe qui fait un bon coup) et musique : c est la fete! En marchant vers l hotel, je me fais emporter par une autre fievre : la tourista! Eh oui, moi qui pensais m en sauver. L Inde me reservait ce petit souvenir pour mon depart...

 

Ah qu il est mignon! Notre avion est arrive a Singapour au petit matin. On s est tres vite habitue a la proprete de la ville (il faut dire que la difference est assez frappante quand on arrive de l Inde). On fait ici une vie de pacha. On profite de notre plus belle chambre d hotel du voyage. Bon, on est dans le Red Light district, mais ca ne se voit pas vraiment. On dort des 12 heures. J en suis a mon deuxieme cours d antibiotiques pour la tourista. On mange dans des petits cafes. On etanche notre soif de westerner loin de chez soi! La ville est si belle, c est un vrai paradis. Le zoo est probablement le plus joli qu on ait visite, et leurs habitants sont tres mignons!

 

Pour cloturer les celebrations de mes 30 ans, on a passe une superbe journee en ville. Musee d art contemporain de Singapour, promenade dans les parcs de la ville, snack sur les quais avec vue sur les restos et les boutiques... En soiree, pour se mettre dans l ambiance festive, on a fait un tour de Singapore Flyer. C est une enorme grande roue dont les sieges sont en fait d enormes cabines cylindriques climatisees.  Lorsqu on arrive au sommet, on a toute une vue sur la ville illuminee! Avec notre sangria improvisee dans des cartons, on s est laisses alles a 30 minutes d euphorie sur le toit de Singapour! Nous avons termine la soiree avec un High Dine aur resto l Absinthe. On a eu droit a des plats bons a s en fermer les yeux (pour mieux apprecier), du vin (ye, enfin) et une degustation d absinthe.

 Avec une sangria blanche cheapment fait, on fete sur le non cheap toit de Singapour!

 

 J ai 30 ans, pis j m en fou. J fais pipi parterre. J ai 30 ans, pis j m en fou. J fais pipi partout!

 

Josianne forever 21



Lien

Publié à 01:12, le 23/03/2010, Singapour
Mots clefs :

Exit l'Inde

Eh ben voila, c'est notre dernier jour en Inde. Alors pour l'occasion, on vous offre un special "Indian Highlights", qui ont parseme notre sejour en ce magnifique pays, parfois de maniere merveilleuse, parfois... moins.

 

 

Les gens. Des indiens charmants, souriants,  honnetes la majorite du temps (oui, oui!), qui parlent anglais et surtout... qui entrent en contact. Heureusement, contrairement au nord du pays, le contact ici est sous forme de questions, plutot qu'a tatons. En fait, on se faisait aborder constamment par des indiens qui nous posaient une petit "Where are you from?", ecoutaient la reponse avec interet, puis repartaient de leur cote. Josianne avait particulierement la cote, attirant les femmes et les enfants a questionner sur ce qui les ronge des touristes: "What food you like?" et "How do you like India". Les indiens semblent tres fiers de leur pays, et une femmes est sortie de son chemain pour simplement dire a Josianne: "Come back to India"...

 

 

Les vaches. Bons, elles ne sont pas partout, mais leur presence rode toujours... Elle sont belles, en sante, gourmandes et au milieu de la rue. C'est heureux qu'elles soient sacrees, parce que c'est bien souvent ce qu'ils ont de plus pres d'un camion d'ordure... Mention speciale a la vache qui a ruee Josianne, par chance encore en croissance, parce que malgre sa taille moyenne les Converses lui ont leves de terre. M-Andre est arrive a la rescousse rugissant, qui aurait cru qu'il etait capable d'effrayer une bete de 2-3 fois son poids...

 

 

Les toilettes. Pas besoin d'urinoires messieurs, l'Inde disposent de bien suffisamment d'espaces publiques pour les no.1. Par contre, a part pour une petite fillette innocente, ont a pas assiste a des no.2 publiques, comme dans notre imaginaire. Les cours d'eau des grandes villes font office d'egouts plein soleil, alors, oui, font se contracter les narines a leur aproche. Sinon, c'est decidement l'odeur de pisse qui remporte la palme, surtout a l'aura d'un parc. En photo, les efforts deployes pour plaire a nos standards occidentaux...

 

 

 La vie de temple. La ferveur religieuse est palpable dans les nombreux temples de l'Inde. Une reelle vie de temple existe, avec les pellerins qui s'intallent sur des tapis pour pique-niquer ou roupiller. Particulier, tous et chacuns semblent avoir leur propres rite de prieres; certains prient simplement en joignant leur paumes, d'autres effectuent des exuberances en se cognant le front au sol. Le lance de la noix de coco sur un mur sacre remporte une palme, on pourrait en ouvrir un stand a La Ronde a cote des flechettes sur balloune. Nos rituels preferes: 

  1. Se faire benir par un elephant, sain et maquille, apres lui avoir offert une piece dans sa trompe.
  2. Suivre les pellerins pour le punja, mettre les mains au feu sacre puis avaler une larme d'eau benite.
  3. S'etendre avec une centaines de pellerins dans la cour interieure d'un temple, a l'occasion du nouvel an indien. Les gens dorment a la belle etoiles pour assister a la ceremonie au lever de soleil.

 

Le kitsh. Les indiens, nous l'avons deja mentionne, sont verses dans l'art retro. Des affiches qui ne pourraient etre que sarcastiques, voire d'un humour absurde, gatent les panneaux publicitaires et les murs des villes. Les chevres semblent ne semblent pas acquieser que c'est de mauvais gout: on en croise souvent en train de s'en empiffrer...

 

 

 

 

Le palace du Maharaja. Admirez, admirez. N'est-ce point que ce turban, pourtant a la mode, s'agence parfaitement avec les pignons d'inspiration hindu-musulamanes du palais?

 

 

Les paysages. Bon, facile comme point fort. A part pour les francais qui visite Sorel, ca fait toujours partie de ce qu'un pays a de mieux a offrir. Mais ici on accorde une coche, surtout pour la region de Munaar et ses plantations de the, ainsi que Hampi, ses rizieres entoures de formations rocheuses extra-terrestres, parsemes de ruines antiques (oui, des ruines qui sont vieilles!).

 

 

 

 

 

On vole vers Singapore, question de feter les 30 ans de Josianne dignement!

 

Mailhot et Jo xx



Lien

Publié à 07:29, le 19/03/2010, Bangalore
Mots clefs : palacehighlightsvachetoilette
Page précédente
Page 1 sur 5